Cet article fait suite à un autre, relatif au fait que désigner un spectacle du seul qualificatif « d’impro« , ce n’est rendre service à personne. La caractérisation ci-dessous est probablement réductrice, maladroite, incomplète… J’espère qu’elle se complétera et bonifiera avec le temps. Et je présente d’avance mes excuses aux créateurs-trices des spectacles que je cite et que je placerais dans une case qui ne leur conviendrait pas. (Ecrivez-moi pour me le dire!)

La longueur compte :

Shortform / Impro courtes : Spectacle composé d’impro dont la durée n’excèdent pas 15-20 minutes. (Généralement inférieures à 10 minutes.)

Longform / Impro longue : Spectacles composé d’une seule improvisation ou plusieurs, d’au moins 15-20 minutes.

Quelques qualificatif et compléments:

Compétitif : Il y a la mise en scène d’une compétition entre les joueurs, en équipe ou non, le public, ou qui que ce soit d’autre, départage.

  • Match d’impro (Gravel-Leduc); Catch d’impro (Inedit théâtre); Fight Impro (PDG);Nanomatch (1pro38); Versus (LMI)

Organique : Utilisant un mode d’écriture instantanée sans aucune projection du futur, souvent impulsé par le ressenti. On cherche à jouer de ce qui est.

  • Veni, vidi, dixi (Cie des Instants Révélés),

Avec canevas : Le contenu général des scènes est déterminé. Souvent les personnages aussi. Le jeu et les dialogues sont improvisés.

  • Commedia dell’ Arte; Amour, gloire, dommage et intérêts (Huet-Les Scarabées);

A la manière de : Spectacle reproduisant le style d’un créateur, par ses personnages, lieux et situations.

  • Fushigi (Again Production); Double 0 (The Improfessionals);

A propos : avec une volonté de transmettre un message.

  • Rouge (La Compagnie qui pétille)

Narratif : avec une volonté de composer des histoire cohérentes.

  • Des Ménagements (Huet-Martin), En malle d’histoire (Y. Berriet), les contes spontanés (LesArts.);

Relationnel : Spectacle où l’effort des comédien est centrée sur les liens entre les personnages et leur l’évolution en fonction des événements.

  • L’invitation (Corpus Bang Gang); Personna, (Les Parvenus); Les Ex (Cantero-Moitron.); Il(s) (Astry)

Sincère : Utilisant des modes d’écriture et d’interprétation qui exclue l’exagération, notamment émotionnelle.

  • Mon nom est Butterfly (Godon)

A structure cathédrale : Des histoires initialement séparées se retrouvent à la fin.

  • Harold (Del Close), 2Â2 (Huet)

Quelques catégorie de spectacles :

Pièce improvisée : Impro longue narrative ou relationnelle.

  • Persona (Les Parvenus),

Série improvisée : Les différentes présentations du spectacle sont feuilletonnantes

  • Game of Rhone, Plus belle la mort (Les Improlocco), Ex-Sex-Symbol (La Compagnie qui pétille.)

Tableau : Impro longue organique, parfois interdisciplinaire.

  • Les Rencontres de l’Instant (Les Arts-Chimistes.)

Cabaret d’impro : Des impro courtes et drôle composées par une équipe de joueur-euses.

  • Carré d’As (Huet); Brêve de scène (TICS); Colors (EFIT); Le Grand Jeu (LesArts.); Impro Expresso (PDG&Cie)

Murder : Spectacle-enquête, où le public est amené à élucider un mystère.

Clown : Format organique dans un personnage burlesque archétypal assumé.

Imposture : Théâtre invisible, avec canevas, dont un protagoniste, au moins, participe involontairement.

Théâtre-forum : Intervention relevant de l’éducation populaire, avecun public très actif et un propos, notamment de dénonciation et d’auto-sensibilisation à des situations d’injustice

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *