C’est bientôt la rentrée! Et du coup, c’est peut être le moment de réviser quelques bases…

Une des premières choses à laquelle on est confronté en impro, c’est… le début 🙂 OK, c’est un peu évident. Mais comment commencer, en fait?

Néanmoins la réponse à cette question peut déjà occuper une bonne part de votre année de travail d’atelier. Pourquoi? Car elle recouvre presque toutes les bases du théâtre d’impro.

Je reprends ici la proposition de Giusseppe Labbozzetta et je vais la compléter un peu. Dans son livre « Le forme dell’improvvisazione teatrale. », il propose un acronyme mnémotechnique. Mais celui-ci me semble un peu court. Et accessoirement dérivé d’un acronyme anglais (C.R.O.W), qui ne donne pas grand chose en italien ou en français…(P.R.O.D)

En voici donc un autre :

P-A-R-O-L-E

Personnage.

Qui est-ce? Quelles caractéristiques physiques? Quel caractère? Quelle est son histoire? Son métier? Son âge?

Action

Que mimez-vous? A quoi êtes-vous occupé? Quel verbe vous accompagne?

Relations

Qui êtes vous par rapport aux autres personnages sur scène? Avez vous des liens familiaux? amicaux? proche? distants? Quel statuts respectif de domination avez-vous?

Objectif

Que veut votre personnage? Quelles sont ses motivations? A court, moyen et long terme? Des rêves? Une mission? Ou à l’inverse, des aversions? Des blessures fondamentales?

Lieu

Où cela commence-t-il? Espace ouvert, espace clot? Une pièce? Un recoin? Un seul endroit? Plusieurs en même temps?

Emotion

Que ressentez-vous? Quel est votre état intérieur? Qu’est-ce qui déclenche cela? Allez-vous jouez sincèrement ou exagérément?

Comprenez-vous ce que je voulais dire par « occuper une bonne part de votre année de travail d’atelier. » ?

Si chacun de ces items est finalement assez simple à comprendre, le travail de toutes les facettes que chacun recouvre est un travail spécifique, de longue haleine. Il vous faudra même probablement plusieurs années dans un cours hebdo.

La bonne nouvelle, c’est que vous n’êtes pas obligé de toute maîtriser pour commencer une impro 🙂 (Ouf!)

Bien sûr, nul besoin de se précipiter, ou de poser toutes ces information d’un coup, nul besoin non plus de le faire systématiquement en parlant. Au contraire. Entrez dans votre impro par une porte puis posez progressivement les autres.

Mais dans une impro courte, le fait que vous ayez posé une bonne part de votre « PAROLE » dans les 30 à 45 premières secondes laisse déjà entrevoir de solides bases pour votre scène…

Le forme dell'improvvisazione teatrale

De Giusseppe Labbozzetta. Ed. Nuovi Pensieri En italien seulement. Traduction française en cours.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *